lundi 19 mars 2018

Attaque au couteau à Jérusalem : l'assaillant n'était pas turc mais palestinien selon le Shin Bet

"JERUSALEM
L’Israélien poignardé par un Palestinien est mort 

L'agent de sécurité israélien a été mortellement poignardé par un palestinien à Jérusalem.

L'agent de sécurité israélien poignardé par un Palestinien ce dimanche dans la Vieille ville de Jérusalem est décédé à l'hôpital.

Son agresseur de 28 ans avait été abattu par un policier.

L’agent de sécurité, souffrait notamment d’une grave blessure au torse.

Le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, a affirmé que l’assaillant était un Palestinien originaire de Cisjordanie occupée."

Source : http://www.ledauphine.com/france-monde/2018/03/18/l-israelien-poignarde-par-un-palestinien-est-mort

"Wassim Nasr
‏@SimNasr

#Jérusalem selon le #ShinBet l’assaillant est palestinien et non turc comme ce fut annoncé par des médias israéliens au moment de l’attaque"

Source : https://twitter.com/SimNasr/status/975454304575385601

Voir également : Israël et la Turquie enregistrent un succès dans la coopération anti-djihadiste

La Turquie aide Israël à lutter contre l'immigration clandestine africaine

L'immigration musulmane turque en Israël

Attaque de Hambourg : des Turcs ont participé à la neutralisation du terroriste palestinien 
  
Barbarie antisémite à Jérusalem : un attentat revendiqué par le FPLP communiste, allié d'Assad et du PKK-PYD-YPG

Selahattin Demirtaş (leader du HDP) sur la chaîne Al Manar (Hezbollah libanais) : "Nous soutenons fermement votre noble résistance"
 
Visite d'Ismail Haniyeh en Turquie : le leader du parti extrémiste kurde BDP, Selahattin Demirtaş, soutient le Hamas
 
En juin 2015, le porte-parole du Hamas avait félicité le HDP

En plein délire complotiste et antisémite, Abdullah Öcalan (PKK) déclare que l'Etat islamique est un "projet israélien"
 
Quand Bese Hozat (co-présidente du KCK) affichait son hostilité à l'égard des minorités chrétiennes et juive de Turquie

Terrorisme : Metin Karasular (un trafiquant de drogue et d'armes proche du PKK) avoue avoir été en contact avec Amedy Coulibaly

Marseille : un jeune Kurde commet une agression antisémite et se revendique de l'EI

mercredi 14 février 2018

Brest : des manifestants kurdes (et non turcs) attaquent un bar-tabac

Brest. « Je ne suis pas un espion du consulat turc »

Modifié le 13/02/2018 à 11:07 | Publié le 13/02/2018 à 11:07 
Laurence Guilmo.

Dimanche, lors de la manifestation kurde, un Brestois d'origine turque qui buvait un café en terrasse a été passé à tabac. Blessé, il veut porter plainte. Il dénonce une « violence gratuite ».

« Je ne suis pas un espion du consulat turc de Nantes. Je ne sais même ce que c'est ! » Cet homme, qui tient à l'anonymat, a eu très peur, dimanche après-midi, lors de la manifestation des Kurdes, rue de Siam. « Je buvais un café à la terrasse du Lafayette. Au soleil. Comme n'importe quel citoyen, raconte-t-il. Des manifestants m'ont reconnu comme étant Turc. Ils se sont jetés sur moi. Ils étaient 50 ! »

Des manifestants l'auraient pris pour un « informateur du consulat turc de Nantes », parce qu'il« prenait des photos et des vidéos avec son téléphone ».
« J'ai des copains kurdes »

« Mais je ne faisais rien. Je ne prenais pas de photos ou de vidéos ! » L'homme s'est réfugié dans l'établissement. La police est intervenue. Il a été blessé. « J'ai été à l'hôpital. J'ai deux jours d'ITT. » Il veut porter plainte. « La violence gratuite, je ne l'admets pas ! »

Il assure qu'il ne faisait pas partie des pro-Turcs qui ont provoqué les pro-Kurdes, samedi, lors du rassemblement contre l'intervention militaire turque à Afrin, une enclave syrienne peuplée de Kurdes. Lequel a dégénéré en bagarre faisant quatre blessés chez les pro-Kurdes. « À ce moment-là, j'étais au boulot. »

Il travaille dans un commerce du centre-ville. « Ça fait 40 ans que j'habite à Brest. Je suis Turc et fier de l'être ! Mais j'ai aussi des copains kurdes. »

Au bar-tabac Lafayette, l'émotion est encore vive. « Mes deux employés m'ont raconté. Ce client buvait tranquillement son café, à la terrasse du bar. Nous le connaissons bien. C'est quelqu'un de poli et de correct », assure Sonia Taloc, gérante.

« Tout s'est passé très vite, poursuit-elle. Avec une violence extrême ! Il a été reconnu comme Turc et des manifestants lui ont sauté dessus. Mes employés l'ont vite fait rentrer, avec tous les clients, dans l'établissement et ont fermé les grilles. La police est heureusement intervenue. La scène a été filmée. On y voit un agent de sécurité de la manifestation, avec son gilet jaune, qui prend une chaise et frappe le Turc ! »

L'épisode se solde par des dégâts matériels. Mais employés et clients sont choqués. Sonia Taloc résume : « Qu'ils manifestent, ok. Mais on ne casse pas ! »
Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-je-ne-suis-pas-un-espion-du-consulat-turc-5562561

Voir également : Latresne : des extrémistes kurdes (et non turcs) vandalisent une école

Marseille : sept Kurdes (et non Turcs) condamnés pour violences contre des policiers

Attaques à Valence : trois Kurdes (et non Turcs) écroués

Vague d'attaques des pro-PKK contre les Turcs d'Europe de l'Ouest

Toulouse : trois Kurdes (et non Turcs) poursuivis pour viols sur mineure

Les violeurs kurdes de Toulouse sont des "réfugiés politiques" ou des fils de "réfugiés politiques" (apocu ?)

Le violeur kurde Selcuk Ozcan est membre du PKK

Viol d'Evry : les trois frères violeurs seraient d'origine kurde (et non turque), d'après plusieurs sources kurdes alévies (plus ou moins anti-turques)

Retour sur le viol d'Evry : la "piste kurde" se confirme

Marseille : un jeune Kurde commet une agression antisémite et se revendique de l'EI

Crime d'honneur à Nogent-sur-Oise : un père kurde (et non turc) tue le petit ami de sa fille

L'assassinat de Nazmiye à Colmar (1993) : une victime kurde d'un crime d'honneur, et non turque

Bordeaux : des trafiquants de drogue kurdes et non turcs

lundi 12 février 2018

Allemagne : un député AfD dénonce le soutien de Die Linke (extrême gauche) aux YPG

Far-right German deputy slams Left Party for YPG support
DAILY SABAH
ISTANBUL
Published February 3, 2018

A deputy of the far-right Alternative for Germany (AfD) slammed his colleagues from the German Left Party (Die Linke) over their intention to question Turkey's decision to launch an operation in Syria against the PKK terror group's affiliates Democratic Unity Party (PYD) and its armed wing People's Protection Units (YPG).

Petr Bystron, who was holding his first speech at the German parliament, said that the Left Party was pretending to be "a party of peace," but was actually quite the opposite.

The Left Party previously criticized Turkey for using German tanks in the ongoing Operation Olive Branch in northwestern Syria's Afrin region.

"Who is Erdoğan's army fighting in Syria? The Kurdish YPG, an offshoot of the banned Marxist PKK, which is considered a terrorist organization in Germany, but also in the U.S."

Referring to the Left Party members, Bystron said that they were "not concerned with stopping the armed conflict."
"Your concern is that the Turkish attack is targeting your Marxist comrades from the PKK," he said.

The far-right AfD deputy also criticized the Left Party for wearing YPG scarfs in the parliament as a show of support for the terrorist organization.

The PKK is listed as a terror organization not just by Turkey, but also by the European Union and the United States. However, it has long enjoyed relative freedom in European cities and has a particularly strong presence in Germany with PKK supporters being allowed to hold rallies, recruit militants and collect funds.

Operation Olive Branch was launched by Turkey on Jan. 20 to remove the PKK/PYD/YPG/KCK and Daesh terrorists from Afrin in northwestern Syria.

According to the Turkish General Staff, the operation aims to establish security and stability along Turkish borders and in the region as well as to protect Syrian people from the oppression and cruelty of terrorists.

The operation is being carried out under the framework of Turkey's rights under international law, U.N. Security Council resolutions, its right to self-defense under the U.N. charter and respect for Syria's territorial integrity.
Source : https://www.dailysabah.com/europe/2018/02/03/far-right-german-deputy-slams-left-party-for-ypg-support

Voir également : Allemagne : une députée de Die Linke (parti issu de l'ex-SED est-allemand) voit son immunité parlementaire levée pour avoir soutenu les terroristes du PKK

Allemagne : Die Linke soutient le PKK mais s'oppose à l'armement des peshmerga irakiens

Allemagne : le parti d'extrême gauche Die Linke est suspecté d'avoir divulgué des informations secrètes au PKK

Le nouveau gouvernement autrichien souhaite normaliser les relations avec la Turquie

mardi 30 janvier 2018

Latresne : des extrémistes kurdes (et non turcs) vandalisent une école

"Romain Caillet‏
@RomainCaillet

Des militants du #PKK vandalisent le jardin des enfants, une école privée Montessori à Latresne, près de Bordeaux. A priori, c'est la mosquée turque du secteur qui était la cible de cette attaque."



Source : https://twitter.com/RomainCaillet/status/958070470607360000

Ces commentaires confirment qu'il s'agit bien d'une école privée et laïque qui a été taguée par les extrémistes kurdes (avec des inscriptions pro-PKK et pro-Öcalan) :

"grrrr
30 janvier 2018 à 09:42 | #

renseignez vous un peu mieux avant de dire (ou faire) des bétises. c’est une école qui a été taguée… pas une salle de prière…"

"Thomas
30 janvier 2018 à 10:16 | #

Bonjour
Vos sources ne sont pas fiables.
Les tags ont été réalisé sur la façade d’une école associative à pédagogie Montessori, pas sur la maison de prière qui est à l’opposé.
Les enfants sont déjà choqués et scandalisés que l’on vandalise leur école, alors n’essayez pas de faire de la fausse information pour faire de l’audience.
Merci a ceux qui ne s’arrêtent pas à un titre d’article mais qui s’informent également de la véracité des faits en lisant des commentaires ou faisant d’autres recherches."

"Parent inquiet
30 janvier 2018 à 11:23 | #

Vous utilisez une image d un bâtiment privé
Les locaux tagués correspondent à une école laïque Montessori
Les locaux sont voisins MAis ce n est pas la mosquée qui a été taguée
Votre erreur est grave et peut nuire à la sécurité de nos enfants"

"Parents
30 janvier 2018 à 14:05 | #

Votre addendum n’enleve pas l’erreur et le titre.
La maison de prière n’a pas été tagué.
Seule l’école a subit des dégradations.
Pourquoi ne pas écrire la vérité.

Je suppose que votre gros titre sera moins intéressant."

Source : http://www.infos-bordeaux.fr/2018/breves/latresne-une-mosquee-turque-visee-par-le-pkk-9705

Voir également : Marseille : sept Kurdes (et non Turcs) condamnés pour violences contre des policiers

Attaques à Valence : trois Kurdes (et non Turcs) écroués

Vague d'attaques des pro-PKK contre les Turcs d'Europe de l'Ouest

Toulouse : trois Kurdes (et non Turcs) poursuivis pour viols sur mineure

Les violeurs kurdes de Toulouse sont des "réfugiés politiques" ou des fils de "réfugiés politiques" (apocu ?)

Le violeur kurde Selcuk Ozcan est membre du PKK

Viol d'Evry : les trois frères violeurs seraient d'origine kurde (et non turque), d'après plusieurs sources kurdes alévies (plus ou moins anti-turques)

Retour sur le viol d'Evry : la "piste kurde" se confirme

Marseille : un jeune Kurde commet une agression antisémite et se revendique de l'EI

Crime d'honneur à Nogent-sur-Oise : un père kurde (et non turc) tue le petit ami de sa fille

L'assassinat de Nazmiye à Colmar (1993) : une victime kurde d'un crime d'honneur, et non turque

Bordeaux : des trafiquants de drogue kurdes et non turcs

mercredi 24 janvier 2018

Marseille : sept Kurdes (et non Turcs) condamnés pour violences contre des policiers

Marseille : sept Kurdes condamnés pour violences contre des policiers

Sept Kurdes ont été condamnés hier pour des violences commises lors d'une manifestation dimanche devant le consulat de Turquie à Marseille. Des policiers avaient été légèrement blessés. Les peines vont d'un an de prison ferme à trois mois avec sursis.

Par Karine Bellifa Publié le 24/01/2018 à 09:58 Mis à jour le 24/01/2018 à 12:10

Ils manifestaient dimanche dernier devant le consulat de Turquie à Marseille pour dénoncer une offensive de l'armée turque contre une enclave kurde en Syrie. Sept de ces manifestants kurdes ont été condamnés hier par le tribunal correctionnel de Marseille à des peines allant de un an ferme à trois mois avec sursis pour des violences. Des policiers avaient été légèrement blessés. Des incidents avaient éclaté avec notamment des jets de pierres. Les forces de l'ordre avaient répliqué pardes gaz lacrymogènes.

    Notre objectif était de viser le consulat pour nous faire entendre. A aucun moment, notre objectif était de faire mal aux policiers,

a expliqué l'un des prévenus jugés en comparution immédiate.

Une fourgonnette fonce sur un policier

Le chauffeur d'une fourgonnette, lui aussi kurde venu à la manifestation, était jugé pour avoir foncé sur un policier qui avait évité le véhicule de justesse. Il a été condamné à un an de prison ferme et a été placé sous mandat de dépôt.
Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/marseile-sept-kurdes-condamnes-violences-contre-policiers-1407353.html

Voir également : Attaques à Valence : trois Kurdes (et non Turcs) écroués

Vague d'attaques des pro-PKK contre les Turcs d'Europe de l'Ouest

Toulouse : trois Kurdes (et non Turcs) poursuivis pour viols sur mineure

Les violeurs kurdes de Toulouse sont des "réfugiés politiques" ou des fils de "réfugiés politiques" (apocu ?)

Le violeur kurde Selcuk Ozcan est membre du PKK

Viol d'Evry : les trois frères violeurs seraient d'origine kurde (et non turque), d'après plusieurs sources kurdes alévies (plus ou moins anti-turques)

Retour sur le viol d'Evry : la "piste kurde" se confirme

Marseille : un jeune Kurde commet une agression antisémite et se revendique de l'EI

Crime d'honneur à Nogent-sur-Oise : un père kurde (et non turc) tue le petit ami de sa fille

L'assassinat de Nazmiye à Colmar (1993) : une victime kurde d'un crime d'honneur, et non turque

Bordeaux : des trafiquants de drogue kurdes et non turcs

jeudi 11 janvier 2018

Le nouveau gouvernement autrichien souhaite normaliser les relations avec la Turquie

Austria seeks to normalize ties with Turkey

Foreign Minister Kneissl calls for 'new beginning' in relations after months of tensions between Ankara and Vienna

11.01.2018

By Ayhan Simsek

BERLIN

Austria’s new foreign minister has called for a “new beginning” in relations with Turkey after months of tensions between Ankara and Vienna.

“I would like to strengthen dialogue, without dialogue nothing will work,” Karin Kneissl told Austrian daily Kurier on Thursday.

The former diplomat, who became the foreign minister of Austria’s new conservative-far right coalition government last month, is scheduled to visit Turkey on Jan. 25.

Kneissl said she recently had a positive phone call with her Turkish counterpart Mevlut Cavusoglu and was looking forward to visiting Turkey.

“I think that a new beginning would be possible,” she said, and expressed the hope that both countries would find ways to normalize their relations.

Austria is home to around 270,000 Turkish immigrants.

Ties between the two countries became sour last year, due to restrictions imposed by Austrian authorities on Turkish politicians who wanted to campaign in the country ahead of a key referendum in Turkey.

Ankara had also sharply criticized Austrian government for illiberal integration policies, its populistic rhetoric and failure to take a strong stance against growing racism and Islamophobia.

Despite her optimism about future ties between Austria and Turkey, Kneissl spoke skeptically about Turkey’s EU membership bid.

“The coalition agreement has a very clear position on this, and I am also backing this position,” she told Austrian daily Kurier.

Austria’s conservative-far right government strongly opposes full EU membership for Turkey, and in the coalition agreement the parties called for halting Ankara’s EU membership negotiations and seeking alternative models of cooperation between the EU and Turkey.

Chancellor Sebastian Kurz’s coalition partner, the far-right Freedom Party (FPO), is holding key ministerial posts in the government, including the defense and interior.

Kneissl, a former diplomat and Middle East expert, was not a member of FPO, but she was suggested by the far-right party for this position.
Source : http://aa.com.tr/en/europe/austria-seeks-to-normalize-ties-with-turkey/1028235

Voir également : Autriche : la turcophilie de Jörg Haider

Suisse : Christoph Blocher (parti UDC) contre une loi communautariste et turcophobe

Suisse : David Gün, un musulman d'origine turque candidat sur une liste "Hors parti et UDC"

Viktor Orbán : "le plus important est que la Turquie reste un pays stable"

Crise des migrants/réfugiés : la Hongrie d'Orbán soutient la Turquie

Selon Viktor Orban, l'UE ferait mieux d'aider financièrement la Turquie pour gérer la crise des migrants et réfugiés

La Hongrie de Viktor Orbán et la Turquie (rappel)

samedi 2 décembre 2017

Suisse : le ministre fédéral de l'Economie salue l'intégration économique des immigrés turcs

Un ministre suisse salue l'intégration des Turcs dans son pays

27.11.2017

AA/ Genève / Bayram Altug

Le ministre fédéral suisse de l'Economie, de la Formation et de la Recherche, Johann Schneider-Ammann, a salué lundi l'intégration des citoyens turcs vivant dans son pays.

Ammann a déclaré dans une interview accordée au correspondant d'Anadolou qu'environ 130 000 citoyens turcs vivent dans différentes villes suisses, et que la plupart d'entre eux ont des talents et des qualifications diverses.

Il a souligné que les Turcs résidant en Suisse ne souffrent pas de problèmes et travaillent sans obstacles.

"J'ai rencontré mon homologue turc, Nihat Zeybekci, vendredi dernier, et nous n'avons pas évoqué les Turcs vivant en Suisse, car ils n'ont pas de problèmes qui entravent leur vie quotidienne", a-t-il déclaré.

Aman a ajouté que la modernisation de l'accord de libre-échange entre la Turquie et l'Association européenne de libre-échange marquerait un tournant dans les relations entre les deux parties.

Au sujet des relations bilatérales entre la Turquie et la Suisse, Ammann a souligné que son gouvernement veut renforcer ses relations avec Ankara dans le domaine technologique et s'intéresse aux marchés turcs pour promouvoir ses produits.

"Nous voulons diversifier notre commerce avec la Turquie, nous ne voulons pas que nos relations commerciales se limitent à un seul secteur, nous avons aussi des échanges commerciaux avec la Turquie dans le domaine agricole", a-t-il conclu.
Source : http://aa.com.tr/fr/titres-de-la-journ%C3%A9e/un-ministre-suisse-salue-lint%C3%A9gration-des-turcs-dans-son-pays-/981071