lundi 12 décembre 2011

Expulsion de rebelles libyens en Turquie : ils avaient tenté de violer des infirmières turques

Impliqués dans des scandales sexuels, des rebelles libyens expulsés de Turquie et du Maroc

2011.12.11 Assia Chalabi /Version française Madjid D.

Les autorités turques ont expulsé plusieurs rebelles libyens hospitalisés dans ce pays. La cause en est, qu'ils ont tenté de violer des infirmières turques qui leur prodiguaient des soins.


Plusieurs médias ont rapporté qu’un avion ayant transporté des rebelles libyens expulsés de Turquie s’est posé le vendredi dernier à l’aéroport libyen de Benina dans la région de Benghazi, mais aucun responsable ne s’est déplacé pour accueillir les blessés. La raison est simple : les « revenants » ont été impliqués dans des scandales sexuels en Turquie où ils étaient hospitalisés. La décision de ce pays de les expulser quelques jours seulement après que le Maroc ait expulsé d’autres rebelles libyens qui ont été aussi hospitalisés dans les hôpitaux du royaume chérifien. La décision marocaine a été prise après que des rebelles libyens « ivres » ont tenté de violer des infirmières qui leur prodiguaient des soins.

 Contacté par Echorouk pour avoir des informations à ce sujet, le représentant du Conseil national de transition (CNT), Djemaâ Kemati, a démenti catégoriquement l’expulsion de rebelles libyens par la Turquie et le Maroc. Il a à ce propos regretté les informations rapportées par plusieurs médias. Il a d’autre part indiqué que ce « genre de choses » arrive dans tous les pays du monde.

 Pour sa part, le représentant du CNT aux États-Unis, Achraf Toulouthi a affirmé à Echorouk par téléphone que l’être  humain n’est pas parfait. Il a ajouté que des hommes célibataires ayant combattu des mois peuvent céder à la tentation et commettre certaines choses. Dans le même contexte, il rappellera que l’ancien président des États-Unis Bill Clinton et l’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn ont été impliqués dans des scandales sexuels. « Par conséquent si des rebelles libyens ont harcelé sexuellement des infirmières turques et marocaines, cela est tout à fait normal », a déclaré  Achraf Toulouthi à Echorouk. « Tous les jeunes peuvent commettre une telle chose. En outre, les rebelles libyens ne sont pas des anges », a-t-il ajouté. « s’il s’avère que ces rebelles ont transgressé les lois de la Turquie et du Maroc, je dirai que c’est tout à fait normal qu’ils soient expulsés de ces pays qui les ont accueillis », a-t-il encore dit.

 Interrogé sur cette affaire, l’écrivain et journaliste turque Zahid Ghoul, a indiqué qu’il n’a pas d'informations à ce ce sujet. « Même si les autorités turques ont expulsé des rebelles libyens, cela ne changera rien dans les relations entre les deux pays », a conclu Zahid Ghoul.
Source : http://www.echoroukonline.com/fra/international/13341-pour-scandales-sexuels-des-rebelles-libyens-expulses-de-la-turquie-et-du-maroc.html

Voir également : Istanbul : neutralisation physique d'un ressortissant libyen forcené

jeudi 1 décembre 2011

Istanbul : neutralisation physique d'un ressortissant libyen forcené

Istanbul : la police abat un Libyen qui tirait sur la foule

Publié le 30.11.2011, 11h03 | Mise à jour : 11h46

Un homme armé d'un fusil à pompe a ouvert le feu mercredi matin dans un quartier historique et touristique d'Istanbul (Turquie), blessant deux personnes. Il a été tué lors d'une opération de la police. L'individu a d'abord menacé deux soldats en faction devant le palais ottoman de Topkapi et les a contraints à lui remettre leurs armes, selon le chef de la police stanbouliote, Hüseyin Capkin, cité par la chaîne NTV.

L'homme a ensuite pénétré vers 10 heures dans l'enceinte du palais, un haut lieu touristique sur la rive européenne d'Istanbul, entouré de vastes jardins. Il y a blessé deux personnes avant d'être abattu vers 11h15, au terme d'une longue fusillade avec les forces de sécurité, arrivées en nombre sur place. «Avec son arme il tirait dans tous les sens. L'opération a neutralisé l'agresseur», a encore déclaré Hüseyin Capkin.

Il a crié «Allah akbar» avant de tirer

L'assaillant a crié «Allah akbar (Dieu est grand)» avant de tirer, selon des témoins interrogés par NTV. Celle-ci a diffusé une photo de l'homme, lourdement armé,  portant une ceinture de cartouches et deux fusils. Le ministre turc de l'Intérieur, Idris Naim Sahin, cité par l'agence de presse Anatolie, a affirmait qu'il s'agit d'un ressortissant libyen. L'individu, né en 1975, est entré en Turquie dimanche dernier, a ajouté le ministre.

La chaîne a indiqué que l'homme se serait déclaré prêt dans un premier temps à se rendre à la police, mais aurait ensuite ouvert le feu dans leur direction. L'incident s'est produit dans le quartier historique de Sultanahmet où sont situés, outre le palais de Topkapi, la basilique-musée de Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, monuments très prisés des touristes.


LeParisien.fr
Source : http://www.leparisien.fr/international/istanbul-la-police-abat-un-libyen-qui-tirait-sur-la-foule-30-11-2011-1745899.php