mercredi 30 septembre 2015

La Russie : une porte d'entrée vers la Norvège pour les migrants

Des Syriens rejoignent l'Europe via l'Arctique
Par RFI Publié le 01-09-2015 Modifié le 04-09-2015 à 17:37

AFP PHOTO / Cornelius Poppe

Les Syriens qui fuient les violences dans leur pays apparaissent même là où on ne s’attend vraiment pas à les rencontrer. Selon la police norvégienne, ils sont de plus en plus nombreux à passer en Europe via l’Arctique, donc à plus de 4 000 kilomètres à vol d’oiseau de Damas.

A Kirkenes, près d’un poste-frontière dans le Grand Nord norvégien, environ cent cinquante Syriens ont traversé la frontière cette année. L’année dernière, ils n’étaient qu’une douzaine. Selon la police locale, une partie des migrants syriens vivait en Russie depuis des années, et d’autres ont pris l’avion depuis le Moyen-Orient jusqu’à Moscou, pour se rendre ensuite au grand port du Nord-Ouest de la Russie, Mourmansk.

Mourmansk est le point de départ de la dernière étape du périple des migrants, menant à Kirkenes en Norvège, d’où ils sont immédiatement transportés à Oslo, où les autorités enregistrent leurs demandes d’asile.

Le passage de la frontière étant interdit aux piétons, certains migrants la franchissent à vélo. La police norvégienne a saisi une vingtaine de bicyclettes. D’autres migrants paient pour passer la frontière dans des véhicules russes ou norvégiens. Les conducteurs qui l’acceptent risquent une amende de près de six cent cinquante euros, mais la police ne l’inflige qu’aux multirécidivistes.
Source : http://www.rfi.fr/europe/20150901-migrants-syriens-rejoignent-europe-arctique-norvege-frontiere-russie

Vidéo d'un reportage de France 2, où il est dit que les garde-frontières russes les laissent passer à la frontière russo-norvégienne, et que les vendeurs de vélos de la ville de Nikel font de bonnes affaires : http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/video-la-longue-route-du-grand-nord-russe-empruntee-par-les-refugies-syriens-pour-la-norvege_1076845.html

Voir également : Bachar al-Assad et l'immigration clandestine vers l'Europe

Des nationalistes kurdes s'opposent à la politique de contrôle des flux migratoires à la frontière turco-syrienne

Edirne (Turquie) : 1.500 réfugiés, bloqués à la frontière par les autorités turques, sont renvoyés dans les provinces anatoliennes

Selon Viktor Orban, l'UE ferait mieux d'aider financièrement la Turquie pour gérer la crise des migrants et réfugiés

La Turquie capture 155 migrants clandestins

Question des réfugiés syriens : "La Turquie a épargné à l'Europe une catastrophe humanitaire"

La Turquie : une zone de refuge et d'assistance humanitaires

La Turquie arrête 400 migrants illégaux

Mer Egée : la Turquie a capturé 12.872 migrants clandestins en 2014

Le rôle indispensable de la Turquie pour endiguer l'immigration irrégulière vers l'Europe

Accord anti-immigration clandestine entre la Turquie et l'UE

Accord entre l'UE et la Turquie sur la lutte contre l'immigration illégale

La Turquie est prête à coopérer davantage avec l'UE dans la lutte contre l'immigration clandestine

Le problème de l'immigration clandestine marocaine/algérienne/tunisienne en Turquie

Turquie : 11 opérations policières simultanées pour combattre l'immigration clandestine

La Turquie aide Israël à lutter contre l'immigration clandestine africaine

La Turquie, terre d'immigration

La Grèce inutile se fait taper sur les doigts par l'Allemagne et l'Autriche au sujet de l'immigration clandestine

Immigration clandestine : l'UE enfin prête à sanctionner la Grèce laxiste et décidément inutile en l'expulsant de l'espace Schengen

Immigration clandestine en Autriche : 22 Grecs condamnés pour trafic d'êtres humains

Nicosie, capitale "européenne" des "mariages blancs"

Edirne (Turquie) : 1.500 réfugiés, bloqués à la frontière par les autorités turques, sont renvoyés dans les provinces anatoliennes

Refugees blocked near Turkey-Greece border disperse

EDİRNE, Turkey - Agence France-Presse

Hundreds of mostly Syrian migrants who had been blocked for days by police in the northwestern Turkish city of Edirne while trying to reach the nearby Greek border have agreed to abandon their roadside protest.
   
A group of around 500 people, who had been engaged in a standoff with riot police on the road leading into the city since Sept.15, lifted their makeshift camp at night on Sept.19 and left the area in buses provided by local authorities, an AFP photographer witnessed.
   
Some joined a larger group of around 1,500 migrants still waiting inside the city for the chance to continue their journey over land to Greece, a mere 10 kilometres (six miles) away, or Bulgaria, which is about twice that distance.
   
Others took buses back to Istanbul, about 250 kilometres to the east.
   
At a meeting with a delegation of refugees on Sept.19 evening Prime Minister Ahmet Davutoğlu had appealed to the refugees to "end their protest by Monday [Sept.21]", he wrote on Twitter.
   
"The voices of our Syrian brothers have been heard by the entire world. They must now return to a normal life," Davutoğlu wrote, promising more aid to the more than two million Syrian refugees living in Turkey to prevent them trying to illegally cross into Europe.
   
"We are ready to send people to countries who open their doors to them, but unfortunately no country has given a favourable response so far," he added.
   
The refugees gathered in Edirne, who included a large number of children, has been demanding to be allowed travel to Europe by land instead of risking their lives in overcrowded migrant boats in the Aegean Sea.
   
On Sept.19 evening, police used batons to repel a group of around people, who tried to storm police lines, chanting "open the doors".
   
Many of the Syrians pouring into Europe have been living in Turkey for months, sometimes years. They complain that Turkey's failure to grant them full refugee status has made it a struggle to access basic services and jobs.

September/20/2015 
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/refugees-blocked-near-turkey-greece-border-disperse-.aspx?pageID=238&nID=88736&NewsCatID=341

1,500 refugees sent from Edirne to other Turkish cities

EDİRNE – Anadolu Agency

Syrian refugees, who have waited over 10 days near Turkey’s border with Greece in an attempt to reach Europe, were sent back to different provinces in Turkey, the governor of the northwestern Edirne province said.


Around 1,500 refugees were sent from the northwestern Edirne province, which borders Greece and Bulgaria, since late Sept. 21, Governor Ali Şahin told Anadolu Agency.


They left the city in buses provided by the governor’s office for the refugees to head to the provinces they wished, including western province of İzmir, Bursa, Kütahya and southeastern province of Gaziantep, said the governor. The refugees had headed to the Greek border in northwestern Turkey in an attempt to avoid deadly sea travel from Aegean towns to Europe.

“There are also some others [refugees], who also want to leave [Edirne to go to Turkey’s other provinces].

We are registering them and sending them by buses coming from Istanbul,” Şahin said.

Meanwhile, both Greece and Bulgaria have sent additional forces in order to prevent refugees from crossing their borders with Turkey, according to the governor.

However, around 1,000 refugees are still waiting in Edirne, hoping to be able to cross into Europe.

Meanwhile, five people, including a German and a French national, were detained Sept. 21 in Istanbul for allegedly encouraging Syrian refugees to head for Turkey’s border with the EU, police said.

The suspects are accused of aiding and abetting refugees in circumventing police restrictions on migrants heading for Edirne.

Around 3,000 refugees were waiting at Istanbul’s main bus station to travel to the province, where thousands are already seeking to enter the EU.

The suspects – identified as German national N.S., French national C.L. and Syrians A.S., A.F., and M.F. – were said to have incited refugees against the Turkish police and persuaded them against cooperating with the authorities.

They are accused of encouraging groups of refugees to set off on foot for Edirne.


Earlier Sept. 21, police intercepted a 500-strong group of Syrian refugees walking along a highway near Istanbul toward the province.

September/22/2015
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/1500-refugees-sent-from-edirne-to-other-turkish-cities.aspx?pageID=238&nID=88873&NewsCatID=341

Voir également : Selon Viktor Orban, l'UE ferait mieux d'aider financièrement la Turquie pour gérer la crise des migrants et réfugiés

La Turquie capture 155 migrants clandestins

Bachar al-Assad et l'immigration clandestine vers l'Europe

Question des réfugiés syriens : "La Turquie a épargné à l'Europe une catastrophe humanitaire"

La Turquie : une zone de refuge et d'assistance humanitaires

La Turquie arrête 400 migrants illégaux

Mer Egée : la Turquie a capturé 12.872 migrants clandestins en 2014

Le rôle indispensable de la Turquie pour endiguer l'immigration irrégulière vers l'Europe

Accord anti-immigration clandestine entre la Turquie et l'UE

Accord entre l'UE et la Turquie sur la lutte contre l'immigration illégale

La Turquie est prête à coopérer davantage avec l'UE dans la lutte contre l'immigration clandestine

Le problème de l'immigration clandestine marocaine/algérienne/tunisienne en Turquie

Turquie : 11 opérations policières simultanées pour combattre l'immigration clandestine

La Turquie aide Israël à lutter contre l'immigration clandestine africaine

La Turquie, terre d'immigration

La Grèce inutile se fait taper sur les doigts par l'Allemagne et l'Autriche au sujet de l'immigration clandestine

Immigration clandestine : l'UE enfin prête à sanctionner la Grèce laxiste et décidément inutile en l'expulsant de l'espace Schengen

Immigration clandestine en Autriche : 22 Grecs condamnés pour trafic d'êtres humains

Nicosie, capitale "européenne" des "mariages blancs"

dimanche 27 septembre 2015

Le séjour de Mehmet Akif Ersoy en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale

Dorothée Guillemarre-Acet, Impérialisme et nationalisme. L'Allemagne, l'Empire ottoman et la Turquie (1908-1933), Würzburg, Ergon Verlag, 2009, p. 180 :

"A l'occasion de la mission organisée pour l'inspection des prisonniers musulmans, Mehmed Akif, qui reste quelques mois en Allemagne, écrit un long poème intitulé « Berlin Hatıraları » [Souvenirs de Berlin]. A la différence du style caractéristique des écrits de propagande, l'écrivain fait usage d'une langue populaire, ironique, vivante. Cependant son poème reste idéologique, centré sur la mise en valeur de l'alliance de l'Empire avec l'Allemagne : la rencontre dans un café d'une femme allemande dont il suppose que le fils est mort à la guerre, lui donne l'occasion d'écrire un certain nombre de vers sur le sacrifice nécessaire pour la patrie et pour une cause qu'il juge juste. Pour autant, il est remarquable que Mehmed Akif consacre le plus long de son poème à la force de l'Allemagne et aux faiblesses de l'Empire, qu'il met sans cesse en évidence. La réussite de l'Allemagne, il l'explique par deux facteurs essentiels, le progrès technique et l'unité, qui, ainsi qu'il le regrette amèrement, manque cruellement à l'Empire :

« C'est cette unité qui est le secret de votre magnificence,
Elle est la voix qui fait trembler le monde.
(...)
Tandis que vous vous élevez par ce lien,
Notre peuple est détruit par ce manque d'unité. »

Mehmed Akif se montre non seulement admirateur du progrès technologique, mais aussi des arts et de la littérature allemande, qu'il estime vivants, à la différence de l'art ottoman. En fait, Mehmed Akif ne connaît certainement que très peu la littérature allemande. Dans ce poème, l'Allemagne est présentée comme le pays idéal, par contraste avec l'Empire ottoman, de manière très dualiste. Ce n'est qu'à la fin de son texte que l'auteur quitte un ton jusque-là plutôt pessimiste pour s'enflammer pour la bataille de Çanakkale, dont il vit les premiers succès au moment de la rédaction."

Voir également : Un immigré turc dans l'Allemagne wilhelmienne : Enver Paşa (Enver Pacha) alias İsmail Enver

Le Jeune-Turc Tekin Alp et le modèle de l'Allemagne wilhelmienne

L'Allemagne impériale et la Turquie ottomane

Colmar Freiherr von der Goltz

Friedrich Naumann et Ernst Jäckh
 
Les raisons de l'intervention ottomane dans la Première Guerre mondiale

La turcophilie allemande
 
L'islam en Allemagne : une présence ancienne mais méconnue

dimanche 13 septembre 2015

Selon Viktor Orban, l'UE ferait mieux d'aider financièrement la Turquie pour gérer la crise des migrants et réfugiés

Hungary's Orban: EU should pay Turkey, other countries to help handle migrants

BUDAPEST - Reuters

Hungarian Prime Minister Viktor Orban said on Sept.7 that the European Union should give financial support to Turkey and other non-member countries to help them deal with the stream of migrants and refugees trying to reach Europe.


Addressing Hungarian diplomats in Budapest, the right-wing leader also said discussion of quotas for distributing migrants between members of the 28-nation bloc were premature while it was unable to defend its external frontiers.
   
"As long as Europe cannot protect its external borders it makes no sense to discuss the fate of those flowing in," he said, adding that he did not rule out a "fair" discussion of quotas at a later stage.
   
"It would make much more sense if the EU established a fund ... from which, in agreement with countries that are important to us, such as Turkey, we could provide support to deal with the problem of refugees in those countries."
September/07/2015 
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/hungarys-orban-eu-should-pay-turkey-other-countries-to-help-handle-migrants.aspx?pageID=238&nID=88087&NewsCatID=359

Voir également : La Hongrie de Viktor Orbán et la Turquie (rappel)

La Turquie capture 155 migrants clandestins

Bachar al-Assad et l'immigration clandestine vers l'Europe

Question des réfugiés syriens : "La Turquie a épargné à l'Europe une catastrophe humanitaire"

La Turquie : une zone de refuge et d'assistance humanitaires

La Turquie arrête 400 migrants illégaux

Mer Egée : la Turquie a capturé 12.872 migrants clandestins en 2014

Le rôle indispensable de la Turquie pour endiguer l'immigration irrégulière vers l'Europe

Accord anti-immigration clandestine entre la Turquie et l'UE

Accord entre l'UE et la Turquie sur la lutte contre l'immigration illégale

La Turquie est prête à coopérer davantage avec l'UE dans la lutte contre l'immigration clandestine

Le problème de l'immigration clandestine marocaine/algérienne/tunisienne en Turquie

Turquie : 11 opérations policières simultanées pour combattre l'immigration clandestine

La Turquie aide Israël à lutter contre l'immigration clandestine africaine

La Turquie, terre d'immigration

La Grèce inutile se fait taper sur les doigts par l'Allemagne et l'Autriche au sujet de l'immigration clandestine

Immigration clandestine : l'UE enfin prête à sanctionner la Grèce laxiste et décidément inutile en l'expulsant de l'espace Schengen

Immigration clandestine en Autriche : 22 Grecs condamnés pour trafic d'êtres humains

Nicosie, capitale "européenne" des "mariages blancs"

Israël et la Turquie enregistrent un succès dans la coopération anti-djihadiste

i24news
Publié 01 Septembre 2015
18:38

Israël et la Turquie coopèrent pour ramener un Israélien parti en Syrie

L'adolescent a été remis à ses parents, qui sont allés le chercher en Turquie

Des officiels turcs et des représentants israéliens ont travaillé de manière acharnée au cours des trois derniers jours pour localiser et renvoyer en Israël, un jeune homme de 21 ans qui avait quitté le pays pour rejoindre les rangs de l'Etat islamique, a annoncé mardi le ministère des Affaires étrangères.

L'annonce intervient alors que les liens entre les deux pays tendent à s'améliorer.

Le ministère des Affaires étrangères a reçu un appel jeudi dernier, de la part d'une famille préoccupée par le fait que leur fils se soit envolé pour la Crète, pour ensuite rejoindre la Syrie. D'après ce qu'a écrit le jeune sur internet, ses proches craignaient qu'il ne soit parti rejoindre l'EI, selon le porte-parole du ministère, Alon Lavi.

Le jeune homme s'est envolé pour la Crète, puis a rejoint Izmir en Turquie, puis Adana, au sud-est du pays, avant d'arriver à Iskenderun, près de la frontière turco-syrienne.

Lavi a déclaré qu'Israël, en collaboration avec Interpol, l'ambassade et le consulat à Ankara et à Istanbul, a pu - avec l'aide des autorités turques et la police à Iskenderun - localiser le jeune.

L'adolescent a été remis à ses parents - ses tuteurs légaux - qui sont allés le chercher à Iskenderun et l'ont ramené en Israël mardi.

Ilana Ravid, la directrice du département concernant les Israéliens à l'étranger, a déclaré que le cas du jeune homme avait été "compliqué et inquiétant", mais "avec l'aide diplomatique des représentants israéliens en Turquie, et la bonne volonté des autorités turques, l'incident s'est "bien terminé".


On ne sait pas encore si des poursuites judiciaires seront engagées contre le jeune.
Source : http://www.i24news.tv/fr/actu/international/moyen-orient/84191-150901-israel-et-la-turquie-cooperent-pour-ramener-un-israelien-parti-faire-le-djihad

Voir également : La Turquie aide Israël à lutter contre l'immigration clandestine africaine

Antiterrorisme : le gouvernement turc a interdit à environ 7.000 étrangers d'entrer en Turquie

"Cafouillage" dans la coopération anti-terroriste : un suspect djihadiste (ressortissant français) est renvoyé en France par la Turquie, il revient et est arrêté une deuxième fois par la Turquie

La lutte de l'Etat turc contre l'afflux de djihadistes étrangers : environ 3.600 interdictions d'entrée et 1.000 expulsions

La Turquie a expulsé 1100 ressortissants de l'UE liés à al-Qaïda

Syrie : la lutte turco-belge contre les recruteurs salafistes

La collaboration entre les services turcs et occidentaux pour intercepter les djihadistes

Syrie : davantage de djihadistes en provenance de Russie et de France que de Turquie (pays majoritairement musulman et contigu)

RAPPEL : la Turquie a déjà bombardé à plusieurs reprises les positions de l’Etat islamique (EIIL)