vendredi 8 janvier 2016

Agressions à Cologne : "Pas du tout des personnes d'origine turque"

"Agressions à Cologne : le déni et la colère

    Home FIGARO VOX Vox Monde
        Par Eléonore de Vulpillières Publié le 07/01/2016 à 21:29

FIGAROVOX/ENTRETIEN - L'opinion publique allemande a fortement réagi aux agressions sexuelles qui se sont produites durant la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne. L'analyse de l'ancien correspondant du Figaro en Allemagne, Jean-Paul Picaper.

Jean-Paul Picaper, Sciences-Po Paris et Université de Berlin-Ouest, fut correspondant permanent du Figaro en Allemagne pendant 26 ans. Il a obtenu deux fois le Prix franco-allemand de journalisme.

LE FIGARO. - Comment expliquer l'ampleur de la réaction allemande et européenne aux agressions de la gare de Cologne le 31 décembre?

Jean-Paul PICAPER. - Ces agressions sont tombées à un très mauvais moment. Elles ont surpris tout le monde: on craignait des attentats terroristes, des kalachnikovs, des explosions... Pas ce type d'agression de masse! 153 policiers étaient postés devant la gare de Cologne, et une quarantaine à l'intérieur. Des bandes se sont formées, rassemblant près d'un millier d'hommes: ils ont inventé un nouveau genre d'agression. La réaction de l'opinion allemande a été très vive, certains parlant même de «guerre civile».

La politique migratoire menée par Angela Merkel a été l'objet de vives critiques de plusieurs partis politiques. Des migrants faisaient partie des bandes d'agresseurs?


Il semblerait que non. Ce qui est surprenant est l'origine des agresseurs, qui ont été désigné par des victimes et des témoins comme étant des hommes d'Afrique du Nord - dont certains seraient venus de Belgique. Pas du tout des personnes d'origine turque qui représentent la principale communauté d'origine immigrée en Allemagne. Ce seraient des immigrés de deuxième ou troisième génération et pas des migrants venant d'arriver en Allemagne. Des membres du Conseil central des musulmans d'Allemagne ont fait observer qu'une large partie de ces jeunes était alcoolisée. L'islam interdisant la consommation d'alcool, les agresseurs ivres ne sauraient donc être qualifiés de musulmans, estimaient-ils..."

Source : http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/01/07/31002-20160107ARTFIG00400-agressions-a-cologne-le-deni-et-la-colere.php

Voir également : Sur les troubles de Cologne